Haut de page
Bas de page

Historique

Evaluez cet article!
(2 votes)

De la naissance du PUGILIST CLUB NICOIS, en mars 1969, à à aujourd'hui, pratiquement cinquante années se sont écoulées. Autant d'années de joie et de succès mais aussi de peines et de désillusions. Près d'un demi siècle précédé par une véritable histoire d'amour entre Nice et le Noble Art... 

NOSTALGIE... 

C'était au lendemain de la Libération de la France occupée, le samedi soir, rue Gioffredo. 

Le Temple VAUDOY, rebaptisé " Temple des Sports " était plein à craquer. La boxe était alors reine à Nice...

C'était l'époque des Charles SMERALDI (champion de France militaire), Louis TOESCA (champion de France amateur), Jo FRANCO (champion de France universitaire), Alex MERIALDO, Michel FEDE, Jean GOUILLAIN et ...Jacques STROCCHIO (champion de France universitaire en 1948 et demi finaliste national chez les amateurs l'année suivante).

Tous ces boxeurs sont les vedettes de ces réunions hebdomadaires où l'on refuse du monde à l'entrée ! Déjà, et depuis les années 20, le "noble art" est reconnu comme étant le sport le plus populaire à Nice.

De 1920 à 1952, pas moins de onze clubs ou "salles" sont recensés : le Boxing Club, le Ring, la salle OLIVO, la salle HUGUES, le Central, la salle Nardo, le Garibaldi Sports, l'O.G.C.N, le Cavigal, le Gant d'Or et l'Union Pugilistique Niçoise. Durant cette période, Nice est le berceau de "rudes combattants" : Raphaël LOMBARDI, Jean FABRON dit " Young Raymond ", Francis AUGIER (un Tropézien venu tout jeune habiter quartier VERNIER ) MAZZUCCHI, TRINCHERO, les frères TRIPODI, LANTERI, BONITO, RUGGERI ... Autant de noms qui sentent bon le Comté de Nice et qui resteront gravés à jamais dans l'histoire du sport niçois. Lors des soirées du "Temple des Sports", les boxeurs niçois accumulent les victoires, si bien que l'U.P.N est classée meilleur club français trois années consécutives.

Quelques uns des chefs de file de cette équipe, notamment Jean GOUELLAIN (dit Bouboule ), Jacques STROCCHIO, Charles SMERALDI et Louis TOESCA passent professionnels et boxent aussi bien au "Stade de la Boulangerie" qu'au "Palais de la Foire" (face au lycée Masséna) qu'à la salle Magnan. Jusqu'au début des années 60, les boxeurs niçois se maintiennent au premier rang dans la hiérarchie française. Les derniers à briller au niveau national seront les " Mousquetaires de l'U.PN" entraînés par les RUSSO père et fils : Raymond PEIRANO, Jean Pierre ALIBERTI et Tony SANTUCCI. Parallèlement, Nice est le théâtre de grands combats, impliquant les meilleurs boxeurs français et européens du moment. Ainsi, Marcel Cerdan y dispute trois combats victorieux (installant son camp d'entraînement à l'Opéra Plage), Billy BALZAC, les frères FAMECHON, Omar KOUIDRI, Sauveur et Félix CHIOCCA sont plusieurs les têtes d'affiche de galas, organisés le plus souvent en plein air, sur la promenade des Anglais. En 1953, Gilbert LAVOINE et Kid DUSSAR se disputent le titre européen des mi-moyens sur la pelouse du stade du Ray ! Enfin, en 1964, Nice accueille l'un des plus prestigieux boxeurs de tous les temps : Sugar Ray Robinson ! Celui-ci s'impose aux points face au français Jacky CAILLAU dans un Palais des Expositions, fraîchement inauguré et abondamment garni pour la circonstance. 


MERCI DOCTEUR 

Mais, petit à petit, les salles d'entraînement se vidèrent, les réunions devinrent rares . Francis AUGIER (et le Cavigal), la famille RUSSO (et l'U.P.N) jetèrent l'éponge ! Faute de pratiquants, faute de club, la boxe niçoise était en train de mourir. Nous étions en 1968, et c'est à cette époque que deux "anciens du Temple des Sports", Jacques STROCCHIO et Jo FRANCO décidèrent de redonner vie au "noble art" niçois. En janvier 1969, les deux hommes rencontrent le docteur Claude LASSUS, un éminent chirurgien esthétique, passionné de boxe ! Ancien pratiquant dans les rangs universitaires du côté d'Agen puis de Bordeaux, le "toubib" hésite quelques semaines avant de se lancer dans la grande aventure : la création d'un club de boxe à Nice ! Plusieurs réunions seront nécessaires avant d'adopter des couleurs (le bleu et le blanc ) et un intitulé : PUGILIST CLUB NICOIS fut baptisé en mars 1969, dans la salle de la Semeuse, au cœur du Vieux-Nice.

DEBUTS DIFFICILES 

Les débuts sont difficiles, mais très vite, grâce au dynamisme du docteur LASSUS et de ses dirigeants, le P.C.N fait parler de lui. En effet, un an plus tard, le vendredi 10 avril 1970, le club organise son premier gala dans la salle du Casino Municipal (aujourd'hui jardin du forum Masséna. A l'affiche, deux combats professionnels, dont le retour de l'enfant du pays Jean-Pierre ALIBERTI, et huit combats amateurs. ALIBERTI s'impose aux points face au Basque URRUZMENDI, la soirée est un succès et la boxe est relancée à Nice sous l'impulsion du Pugilist Club Niçois ! 

PREMIERS RESULTATS EN 1977 

Entre 1974 et 1982, tout s'enchaîne; une réunion est présentée chaque premier vendredi du mois, c'est aussi le retour de grands combats, nationaux ou internationaux, comme BRISCOE-WARREN, ACARIES-RODRIGUEZ, NOSLEY-CHINON, ACARIES-CORANSON, TRIOULAIRE-TESSARIN, ou ACARIES-COSTA AZEVEDO Lors de chaque réunion, les sociétaires du P.C.N sont opposés à des sélections régionales, venues de France, mais aussi d'Italie, d'Allemagne ou de Suisse. Américains (deux fois) et Canadiens seront aussi invités à Leyrit en 81 et 82 ! C'est durant cette période que Jean Jacques BEN CHETRIT devient champion de France amateur des mi-moyens (1977) et que Tony VIVARELLI remporte le titre des super légers (1981). Mais l'accumulation des succès remportés par les boxeurs du P.C.N cause quelques soucis aux dirigeants, l'effectif devient difficile à gérer, et le docteur LASSUS (dirigeant désintéressé au possible) jette l'éponge en juin 1982. Certains boxeurs quittent le club, d'autres stoppent leur carrière, la relève tarde à venir. 

NOUVEAU DEPART 

A l'automne 82, un nouveau comité directeur est alors élu; Jean BIGARANI en prendra la présidence, secondé par Pierre PELLEGRINO, Raymond CORNIGLION (déjà présents dans le précédent bureau ), René LANCRY et Jean Claude PIZZIO. Ce groupe de passionnés aura le mérite d'assurer la continuité du club, comme le feront, plus tard, Bernard BOURBON et Jean Michel COSTAMAGNA. Mais il faudra attendre le début des années 90 pour retrouver un tel élan du côté de Leyrit. Dans le sillage de Jean Marc CANO, finaliste du tournoi de France 93 dans une salle en délire, plusieurs combattants gravissent les échelons de la hiérarchie nationale : Sam JOUBIJ, Miguel ESPINAS, Patrick MATTEI, Youssef SEBIR, Jimmy BENARD et Fabien GUILLERME. Christophe CANCLAUX (Villeneuve Loubet) et Frédéric SERRAT (Antibes) rejoignent ce copieux effectif à l'été 95. Christophe décroche le titre national des super légers en 96. Les bons résultats des autres boxeurs du club permettent au P.C.N. de remporter la coupe Paul ROUSSEAU, récompense attribuée au meilleur club du championnat de France. Une coupe obtenue pour la première fois par un club des Alpes Maritimes ! En 1997, le doublé réussi par Christophe CANCLAUX et Frédéric SERRAT au C.F.A, ainsi que la médaille d'argent de SERRAT aux championnats du monde amateur, confirment de manière éclatante la santé du P.C.N !

2000 - 2006 : l'ÂGE D'OR 

Dès 1998, les deux compères rejoignent Fabien GUILLERME chez les professionnels, enchaînant succès sur succès. Ainsi, pour sa deuxième saison, Frédéric SERRAT décroche le titre national des super-moyens, en dominant le Normand Olivier BEARD, au terme de dix reprises exceptionnelles diffusées en direct par Canal +. Le début du nouveau siècle coïncidera avec "l'âge d'or" du P.C.N. Au printemps 2000, Fabien GUILLERME, après deux tentatives infructueuses, s'empare du titre national des coqs face au Phocéen Redha ABBAS, tandis que Christophe CANCLAUX remporte la coupe internationale de France, en exécutant le Montois DE BRITTO, dès le premier round ! 

DEUX SOCIETAIRES DU P.C.N CHAMPIONS DE FRANCE LE MÊME SOIR 

Puis, le vendredi 13 octobre de la même année, Fabien GUILLERME et Christophe CANCLAUX réalisent un joli doublé en décrochant, le même soir, la ceinture des coqs (face à MANCINI) pour le "Lutin" et celle des super-mi-moyens (aux dépens de MEUNIER) pour "Rocky". Si Frédéric SERRAT abandonna son titre sans boxer (problème de poids), si Christophe CANCLAUX défendit deux fois avec panache sa ceinture (face à DAPONTE puis LEDOUERON), GUILLERME s'attaqua rapidement, et avec succès, au titre européen des coqs qu'il ravit à l'Italien Luigi CASTIGLIONE, un soir de mars 2001, sur le ring mythique du Palais des Sports de la Porte de Versailles à Paris. 

GUILLERME ET LE P.C.N SUR LE TOIT DE l'EUROPE 

Cette arrivée de Fabien GUILLERME au sommet européen permit au P.C.N d'organiser deux grandes soirées, télévisées en direct par EUROSPORT INTERNATIONAL, en juin 2001 et en janvier 2003. Si le championnat d'Europe GUILLERME-YACUPOV eut lieu dans l'antre de Leyrit (copieusement garnie pour la circonstance) le choc de co-challengers entre Fabien et le Britannique WILDERS se déroula dans la salle Apollon du palais ACROPOLIS. Deux fois battu aux points, le "Lutin" mettait fin à une carrière commencée 17 ans plus tôt sous les couleurs d'un même club (le P.C.N) et sous les conseils du même entraîneur (Jacques STROCCHIO). Un témoignage de fidélité devenu rare de nos jours.

SAIONI, TAVARES, DELSAHUT, BOUBAKER ET LES AUTRES 

GUILLERME reconverti en chef d'entreprise, SERRAT et CANCLAUX partis sous d'autres cieux, Denis SAIONI maintiendra l'ambiance et le suspens, pendant plusieurs saisons du côté de Leyrit. Bien qu'héroïque, face à Franck MEZAACHE il ne parviendra pas (en mai 2004) à devenir le 4ème champion de France pro du club. Toujours en activité, Denis se rapproche peu à peu d'une place de challenger officiel au titre détenu par François BASTIEN. Au cours des années 2000, trois amateurs du club remportèrent le titre régional et participèrent, avec plus ou moins de succès, au championnat de France : Christophe DELSAHUT, Massimo FERROLI et José TAVARES. Seul, ce dernier parvint à confirmer chez les pros, en remportant le seul titre qui manquait au palmarès du P.C.N : le tournoi de France que le spectaculaire José remporta, en juin 2006, sur le ring du Palais de la Méditerranée ! 

La Suite... 

Mais ce nouveau titre fut le dernier d'une belle série, et, comme en 1982, une page de l'histoire du club allait se tourner à l'automne 2006. Jacques STROCCHIO prenait du recul avec la boxe, plusieurs combattants changeaient de club, d'autres arrêtaient la compétition... Rapidement, autour du président VITALE (au club depuis 1982 !) une nouvelle équipe dirigeante était formée. Plusieurs anciens boxeurs du club (SOUIHI, GUIZANI, FERROLI, MARTIN, JAECK, FURINA...) assurent désormais la continuité... Pierre VITALE et son équipe organisent régulièrement des soirées à Leyrit ou dans l'arrière pays. Les premiers résultats ne se sont pas faits attendre, puisque Kelly GARAY et Lucas TALOVIC, notamment, accumulent les succès. La décennie suivante (2007 à 2016) a été marquée par la courte mais brillante carrière de Lucas TALOVIC (1/4 de finaliste du CFA 2012 puis vainqueur des 10 combats pro qu'il disputa en l'espace de quelques mois) et le bon parcours (6 victoires et un nul) de Dato ARJEVANISHVILI qui abandonna trop vite la compétition pour se consacrer à la formation des espoirs du club. De son côté, Denis SAIONI clôtura son palmarès (37 victoires, 5 défaites) de la plus belle des manières en décrochant la ceinture européenne Boxing Association, en juin 2012, sur le ring dressé au coeur du jardin Albert 1er. Depuis, de nombreux boxeurs amateurs (BERTRAND, BRUN, GUIDICELLI, NOYEZ, SALMON, ...) ont défendu  (ou continuent à le faire) les couleurs du club avec beaucoup de passion sous la présidence de Michel MAIFFRET, dirigeant de la première heure et véritable trait d'union entre ces diverses générations... 


Les présidents successifs : 

Mars 1969 à juin 1982 LASSUS Claude
Juin 1982 à octobre 1984 BIGARANI Jean
Octobre 1984 à juin 1993 BOURBON Bernard
Juin 1993 à août 1997 VITALE Pierre
Septembre 1997 à juin 2004 STROCCHIO Charlotte
Juillet 2004 à avril 2006 DAVID Marc
Avril 2006 à septembre 2011 VITALE Pierre
Octobre 2011 à septembre 2014 TALOVIC Robert
Depuis octobre 2014 MAIFFRET Michel


Les principaux dirigeants : 
AGUILA Clément, CAMBIOTTI Claude, CORNIGLION Raymond, GRONIER Mathieu, LANCRY René, MAIFFRET Michel, PELLEGRINO Pierre, PIZZIO Jean Claude... 

  • vendredi, 07 avril 2017 20:21
NWS

Laissez un commentaire

Veillez à bien entrer les informations marquées d'une *